Il y a des situations que nous ne sommes pas préparés à vivre. Aujourd’hui, comme ces 3 dernières années, je me trouve face à une situation que je ne sais pas comment gérer. C’est l’anniversaire de mon fils. Je vois partout sur les réseaux, ou dans mon entourage, des mamans qui préparent en secret un anniversaire à thème chaque années pour leurs enfants, qui flannent sur Pinterest pour trouver une idée de gâteau originale, qui font passer des wishlist à toute leur famille pour que leur fils (ou leurs filles) soient gâté(e)s …

Je ne suis pas de celles là, moi, dès la veille de cette journée d’anniversaire, mon cœur commence à se serrer. Je n’aurai pas la possibilité d’aller réveiller mon fils dans son lit en lui faisant un bisous plus gros que ceux des autres matins, je ne pourrais pas le voir sauter partout dans la maison d’excitation en disant « c’est mon anniversaire ». Je ne verrais pas ses yeux pétiller en voyant la bougie de ses 3 ans scintiller quand le gâteau s’approchera de la table, je ne le verrai pas déchirer les papiers cadeaux après l’entrainement qu’il aurait eu quelque jours auparavant avec Noel avec ferveur…

Je ne suis pas de celles là …

Je suis de celles qui vivent cette journée avec un pincement au coeur, un gros déchirement, une amertume dans la gorge, un battement de cœur intense et irrégulier.

Alors comment vivre cette journée ? Comment la surmonter? Comment faire ces jours où le manque est si fort qu’il vous empêche de respirer. je vous avoue que le manque est ressenti chaque jour où l’on doit se lever, mais ces jours ci, ces jours très spéciaux que l’on vit tout naturellement dans la « vie normale ». Comment trouver la force d’affronter cette journée anniversaire sans que même le principal intéressé ne soit pas là …

Cette journée me hante bien avant qu’elle n’arrive, alors j’essai de me faire une bulle, de me préparer à la traverser le plus vite possible, mais de la manière dont J’AI envie. Je ne peux pas prendre ma journée au travail, mais je prends l’apres midi. Cela me force au moins à me lever le matin. et puis l’apres midi, je fais des choses dont j’ai envie. Est ce égoïste de penser comme ça? Je prends cette après midi la du temps pour moi, pour me retrouver, moi et moi seule, car dans ces moments là j’ai l’impression d’être plus prêts de Lui.

Alors je fais quoi :

►J’achete sa rose, je la met à la maison, et si j’ai le courage, je lui en porte une là où il repose.

►Je rentre à la maison, je me fais un bon thé chaud dans ma tasse préférée, je me pose, devant un film ou ma série du moment que je regarde même pas, mais ce n’est pas grave c’est un moment hors du temps, comme suspendu, rien qu’à nous, et je laisse mon esprit divaguer.

►Je pleure … les autres jour de l’année je me retiens plus facilement, mais ce jour là, c’est impossible, les larmes sont beaucoup trop lourdes.

►et puis je parle de toi … ce jour là j’ai le droit, ou du moins c’est moins tabou … c’est horrible de dire ca et pourtant c’est bien la dure vérité.

►si le temps le permets, c’est au coucher du soleil que je sors, te faire parvenir à ma manière ta bougie. Elle n’arrivera pas sur un gâteau trouvé sur Pinterest, mais elle arrivera par les étoiles, tout droit de mon coeur …

***

Que faire ces journées là ? je n’ai pas trouvé le remède miracle, juste ce qui apprivoise un instant ma peine à moi pendant ces 24h si spéciales…